L’insoumise de Gaza – Asmaa Alghoul & Sélim Nassib

Un récit passionné et passionnant que l’on sent à travers chaque mot, chaque sentiment


Je dois vous avouer que cette chronique est pour moi l’occasion d’un grand plaisir.

Lorsque ce livre m’a été offert par une personne chère qui se reconnaîtra, j’ai d’abord eu un moment de flottement coincée entre le bonheur de recevoir un nouveau livre et le doute face à un type de littérature que je maîtrise au final assez peu.

Je suis certaine que vous aurez remarqué ma (légère) propension pour le livre noir, le roman, le polar, bref pour le livre d’enquête qui met en scène des personnages un peu « borderline » et des histoires parfois compliquées.

En fait d’histoire compliquée celle-ci l’est également mais plutôt par sa situation géopolitique et l’Histoire avec un grand « H », qu’à cause de l’imagination difficilement contrôlable d’un écrivain.

 

Je dois aussi vous avouer que le conflit israelo-palestinien m’a toujours semblé à la fois éloigné et très compliqué, et que rien n’avait jusque là réussi à me permettre d’y voir un peu plus clair sans me lancer dans un débriefing politique polémique et rarement objectif.

 

Jusqu’à Asmaa Alghoul & Sélim Nassib avec leur livre « L’insoumise de Gaza ».

Je ne suis toujours pas une spécialiste du sujet loin de là, mais ce récit m’a permis d’appréhender un peu plus ce que peut être la vie dans la bande de Gaza pour une enfant devenue femme, née en 1982 à Rafah en plein cœur d’un camp de réfugiés palestiniens.

Coincée entre un violent désir de vie et d’émancipation, la culture, les règles sociales et les croyances de son pays, la religion, les dirigismes du Hamas comme du Fatah et les répressions policières, Asmaa aspire à la fois à une vie tranquille mais également à révolutionner son monde.

J’ai pu y entrevoir toute la complexité du statut de femme dans une société entièrement chapeautée par les hommes, de celui d’un mère qui souhaite une autre vie que la guerre et la soumission pour son fils et sa fille, et celui d’une nièce aux rapports complexes avec ses oncles mais très proche d’un père particulièrement compréhensif et libéral.

J’ai également pu lire la difficulté à s’exprimer librement (pour la blogueuse militante qu’est Asmaa, mais aussi pour l’ensemble des citoyens) dans le pays et celle encore plus aléatoire de tenter une sortie en dehors des frontières tantôt ouvertes au compte-goutte, tantôt fermées pour un labs de temps difficile à déterminer.

Même renseignée par les médias et les blogs internationaux, il reste (pour moi en tous cas) difficile de percevoir une vie aussi peu dirigée par le libre-arbitre de chacun.

Asmaa Alghoul délivre ici un témoignage de la jeune vie très dense qui est la sienne.

Comme des instantanés sortis de sa mémoire, il est presque possible d’entendre bombes à un moment et les rires des enfants à un autre.

De sentir la poussière et l’odeur du café, d’entendre le bruit du clavier qui compose les articles aujourd’hui célèbres à travers le monde entier.

Je vous recommande chaudement cette sorte de biographie par sauts dans le temps d’une femme écrivain et journaliste dans la bande de Gaza qu’elle n’a jamais vraiment souhaité quitter.

Pour plus de contenus, retrouvez certains articles de la plume d’Asmaa Alghoul ici sur oumma.com.

Mais assez d’avis personnel, place au résumé

Nièce d’un oncle haut gradé des services de sécurité du Hamas et fille d’un père musulman, amateur de littérature, Asmma Alghoul grandit entre répression et puissant désir d’opposition an plein milieu de la bande de Gaza après être née dans un camps de réfugiés palestiniens au début des années 80.

Révoltée de nature, elle deviendra écrivaine sous différentes formes et ne cesse encore aujourd’hui de partager sa vision passionnelle du pays qu’elle aime.

Commencez votre lecture dès demain :
L’Insoumise de Gaza
Parution 9/11/2016 Édition Calmann-Lévy
EAN 2702155189 Collection Documents, Actualités, Société
Nb de pages 240 Format Broché

Next Post

Leave a Reply

© 2017 Plumepics

Theme by Anders Norén


Plus de couvertures, de livres et de commentaires signés Plumepics, chez LivrAddict et sur Twitter sans oublier de retrouver ma plume personnelle avec Short Edition.